¿Qué hay que hacer?

¿Qué hay que hacer?

¿Qué hay que hacer?

¿Qué hay que hacer? Hace algún tiempo, descubrí esta pregunta bastante abrupta hecha por uno de vosotros.

Esta persona, como muchas imagino, se preguntaba con razón sobre la actitud a adoptar ante estas repetidas olas de acontecimientos dolorosos, informaciones alarmantes o repugnantes que sacuden el planeta más que nunca… y a cada uno de nosotros al mismo tiempo.

Sí, ¿qué hay hacer? ¿Seguir escarbando en las profecías como hacen algunos incansablemente? ¿A dónde conduce? Esta investigación me parece que alimenta más el juego de nuestras mentes y emociones que el verdadero latido de nuestros corazones. ¿Qué movimiento ascendente inspira? Mi reflexión es diferente…

Prefiero observar con atención sostenida la vida cotidiana de nuestro mundo, porque lo que sucede en él es lo suficientemente elocuente como para que cualquier persona dotada de un mínimo de sentido común se lo plantee en profundidad.

No hace falta ser una persona muy culta para entender claramente que las instituciones financieras mundiales se están ahogando y están al borde del precipicio. Es obvio que hay mucho que está amañado.

No hace falta ser economista para darse cuenta de que aquí y allá las poblaciones pobres y oprimidas están hartas y se levantan, que nosotros los de occidente, los que aún somos pudientes, vemos cómo nuestro equilibrio se vuelve cada vez más precario y empezamos a entrar en pánico.

No es necesario ser geólogo o climatólogo para ver que nuestra actividad industrial ha dañado peligrosamente el planeta, que se está rebelando y está a punto de reorganizarse.

Sin duda, todo esto también corresponde a los ritmos naturales. Los cambios geológicos y climáticos, así como el auge y la caída de las civilizaciones se encuentran sin duda entre los episodios que siempre han marcado la historia de las sociedades humanas. La actividad solar es particularmente reveladora en este sentido. No se puede negar.

Pero, ¿significa esto que no hay nada que hacer y que estamos llamados a seguir reviviendo el mismo escenario como dicen muchos analistas? ¿Estaríamos así inevitablemente atrapados en la mecánica del Eterno Comienzo de nuevo?

Esa no es mi opinión.

El Principio de Evolución no es el que hace que el burro gire incansablemente alrededor del eje de una piedra de molino hasta que cave un surco en el suelo que pisa.

« ¿Qué hay que hacer? « continúa pidiéndome el mensaje como si el autor esperara que yo encontrara una solución ya preparada y las instrucciones a seguir.

Por supuesto, ¡no tengo las instrucciones para una operación de rescate de nuestro mundo! Además  ¿Quién podría afirmar que lo tiene, aparte de unos pocos autoproclamados pseudo-mensajeros del Apocalipsis?

Lo que me parece cierto, sin embargo, es que todos aquellos que son un poco inteligentes, coherentes y dotados de un mínimo de coraje deben dejar de enterrar sus cabezas en las arenas de su tranquilidad diaria. Esos días se han acabado.

Cuando se sabe que los autores de estafas a gran escala, mentiras globales, injusticias, malversaciones colosales, despilfarros y masacres indecibles llevan las riendas de muchos de los puestos clave de nuestras sociedades, ¿cómo podemos permanecer en silencio y no reaccionar sin convertirnos en cómplices de este estado de cosas? El « no lo sabía » ya no es apropiado; es hipocresía.

¿Qué deberíamos hacer entonces? ¿Rezar? ¿Meditar? ¿Retirarse a un rincón en el campo si las circunstancias de nuestras vidas lo permiten?

Estaría tentado a decir que sí, por supuesto, porque fortalecer nuestra alma es capital mientras que ofrecer lo mejor a nuestro cuerpo es legítimo… y luego porque, en última instancia, podemos repetir fácilmente que todo esto es parte del juego ilusorio de la maya.

Sin embargo, estaría aún más tentado de decirle que no es suficiente, que es un desvío, otra fuga.

Creo que -incluso en el corazón de la maya- la situación actual es tal que requiere urgentemente una participación muy concreta de todos aquellos que han tomado conciencia de que cada uno de nosotros es responsable del estado de nuestro mundo.

Esta implicación debe conducir sin evasivas a un « NO » masivo a toda la esclavitud que nuestra sociedad ha generado por nuestra cobardía y egoísmo.

¿Cómo? Por lo que se denomina desobediencia civil, es decir, por negarse a someterse al absurdo, al robo organizado y legalizado, al saqueo, a la mentira, al engaño y a toda clase de iniquidades unidas al cinismo que se han erigido como sistemas operativos.

Por favor, entienda que no estoy abogando por la revolución o la anarquía, porque éstas siempre van de la mano de la violencia. Ya hemos ¨caido¨ lo suficiente en esta dirección y solo hemos perdido.

Sólo estoy abogando por una evolución verdadera e irreversible – un salto cuántico voluntario, diríamos – una mutación radical y rápido en nuestras mentalidades y comportamiento.

Bernard Benson, el autor de ¨Libro de la Paz¨, un hombre que conocí bastante bien hace unos treinta años, ya estaba llamando nuestra atención sobre el hecho de que es totalmente absurdo que unos pocos miles de individuos, o incluso menos, decidan por sí solos la vida de unos pocos miles de millones de personas.

Ahora que somos siete mil millones de personas, esta verdad se vuelve aún más impactante.

No soy de los que afirman, como algunos de los ¨visionarios¨ del mundo, que nuestra especie encontrará una forma de salir adelante, reorganizarse y luego volver a ponerse en pie ¨como antes¨ ayudada por los nuevos avances tecnológicos. No es la tecnología la que nos sacará de nuestro punto muerto, sino la expresión del corazón humano, su ¨Amor-Inteligencia¨.

Soy uno de los que dicen alto y claro que no debemos dejar que esto continúe ¨como antes¨ porque sólo una refundición de todos nuestros valores puede sacarnos de nuestra hipnosis y nuestra rutina.

Por eso, desobedecer en la medida de lo posible nuestros reflejos de consumidores, de derrochadores, nuestros hábitos de sujeción ciega a poderes políticos y religiosos abusivos, a leyes perversas y al Principio del Miedo me parece un imperioso deber de conciencia hoy en día.

¿Os sorprende eso de alguien que se llama a sí mismo místico?

En cuanto a mí, no puedo concebir un Camino de Interioridad o de búsqueda de lo Divino que ignore la densidad de enseñanza de este mundo, el respeto y luego el amor de lo Humano.

He escrito a menudo: « Todos los mundos son uno ». La búsqueda del Espíritu no debe significar nunca la huida de las realidades de la Materia. Uno de los principales aspectos de la Iniciación, es decir, la revelación del ser a sí mismo, está ahí.

¿Has notado hasta qué punto la mayoría de los grandes guías espirituales de nuestra Humanidad han sido al mismo tiempo hombres de campo y de acción? Todos ellos se han enfrentado a situaciones sociales y políticas muy concretas. No huyeron a las cumbres de las montañas, ni se escondieron en las cuevas para refugiarse, frente a la Divinidad. Se involucraron, tomaron una parte muy activa – y a veces enérgica – en la remodelación de su sociedad.

Así que finalmente, ¿qué hacer?

Mi opinión será siempre sólo mi opinión. Ciertamente depende de cada uno decidir lo que debe hacer, en conciencia, con sus medios personales, su fuerza, su audacia… asegurándose de que su alma y su cuerpo vivan en coherencia. A este nivel, ¨hacer¨, significará empezar a ¨Ser¨.

¿La única cosa que no deberías hacer? es negar que algo importante está sucediendo en la Tierra hoy en día y no le importa en absoluto. Es seguir inclinando la cabeza ante la iniquidad y el creciente deseo de manipular las conciencias, es no atreverse a nada, es la tibieza.

Que nadie se pregunte por qué Cristo dijo: « Dios vomitará a los tibios ». En términos actuales esto significa que el Movimiento Natural de la Vida nunca alimenta a los tímidos e indecisos, que la Vida no se queda quieta ni da vueltas indefinidamente, sino que nos corresponde a nosotros participar en su invención.

Cualquier proceso espiritual que no se extienda a su contraparte terrestre sólo puede ser incompleto.

Por eso no tengo miedo de escribirte hoy:

« No tengamos miedo de decir NO a la ¨zombification » planificada nuestra especie, no tengamos miedo de desobedecer lo que claramente no es el orden de lo justo. No tengamos miedo de juntar lo vertical y lo horizontal y hacer todo lo posible para estar en su unión.

Más allá de la diversidad de las creencias y de la fé, el arquetipo de tal Encuentro lo dice todo, ¿no crees? »

Pèlerinage aux Pyramides d’Egypte

Pèlerinage aux Pyramides d’Egypte

Pèlerinage aux Pyramides d’Egypte

De l’Âme des Pharaons à l’Esprit du Christ
Du 27 avril au 1er mai 2019
Avec Marie-Johanne et Daniel MEUROIS

On n’aborde généralement les pyramides d’Égypte que comme des prouesses architecturales ayant défié les millénaires. Ainsi, on n’y voit souvent que de fascinants tombeaux érigés à la gloire de quelques pharaons.

Sans nier cette réalité, ce voyage vous convie à les découvrir également sous un autre jour; il vous propose en effet de les percevoir et de les expérimenter en tant que hauts lieux d’initiation…

De la Connaissance des prêtres de l’ancienne Égypte à la révélation de Celui qui allait devenir le Christ, elles manifestent de toute évidence des espaces infiniment privilégiés destinés à la transmission de la Lumière à travers le temps, d’une culture à l’autre…

Des espaces auxquels nul d’entre nous aujourd’hui – en quête de la vérité de son être – ne peut rester insensible. Car bien loin de n’être que des témoins d’un passé mystérieux qui nous interpelle, les pyramides, le Sphynx et l’ensemble du vaste plateau de Gizeh demeurent des lieux majeurs d’Éveil de la conscience. Des lieux de totale exception et d’appel à la métamorphose. Par ce voyage, conçu comme un véritable pèlerinage, c’est à une démarche profondément initiatique que nous vous invitons donc avec enthousiasme.

En pénétrant de façon privative au cœur de la Grande Pyramide et entre les pattes du Sphynx, en découvrant le ¨Temple de la vallée¨, celui de Kephren, et les surprenantes pyramides de Dachour tout en participant à d’anciens rituels, c’est le portail de notre réalité essentielle que nous serons appelés à franchir.

D’enseignements en méditations puis en purification des chakras, c’est aussi le germe de notre Christ intérieur que nous apprendrons enfin à laisser s’exprimer. Dans cet état d’esprit, soyez toutes et tous les bienvenus à nos côtés sur les pistes ensoleillées de ce pèlerinage qui promet d’être riche en moments intenses, en partages et en authentiques expériences intérieures. Une proposition d’ouverture et d’émerveillement pour le cœur et les yeux…

Daniel Meurois et Marie Johanne Croteau-Meurois

Programme et inscription

Oasis Voyage

NOUS LES PLANTES

NOUS LES PLANTES

NOUS LES PLANTES

J’ai la chance d’avoir un petit jardin d’agrément attenant à la maison où je vis. Alors, tous les ans, à chaque fois qu’arrivent les beaux jours, je prends plaisir à observer mon petit coin de nature.

J’admire son développement, la variété des espèces végétales qui en font le charme, je taille, je plante… sans doute comme beaucoup d’entre vous qui ont cette même chance.
Depuis plusieurs années cependant, je prends aussi plaisir à regarder d’un œil différent l’univers foisonnant et incroyablement diversifié des herbes, des plantes, des arbustes et des arbres.

Je dirais que j’en découvre avec délice toute la… psychologie à peine cachée. Ce mot de ¨psychologie¨ peut évidemment prêter à sourire dans un tel contexte. Par définition, un végétal est réputé vivre dans un état… végétatif, n’est-ce pas ?

Et pourtant ! Avez- vous jamais remarqué de quelle manière certaines espèces ont un développement qui illustre étonnamment certains comportements humains ?

Il en est de simplement jolies et généreuses mais il en est aussi qui débordent en tous sens, qui s’agrippent à tout ce qui est à leur portée, qui étouffent les autres ou qui se nourrissent de leur substance. Celles-là parviennent parfois à nous en faire oublier d’autres qui sont juste là, sans problèmes, et auxquelles il ne faut pas nécessairement une terre riche pour qu’elles offrent le plus beau d’elles-mêmes.

Il en est également d’adaptables et disciplinées qui demeurent sagement là où on les a semées tandis que certaines autres, pas bien loin, ont constamment soif, n’ont jamais assez de soleil ou, au contraire, toujours trop.

Lumière, ombre, sécheresse, humidité… On ne sait plus trop, parfois, comment ¨gérer¨ ce petit monde, d’autant plus qu’avec un peu d’attention on s’aperçoit vite que telle espèce s’accommode mal du voisinage de telle autre. Oui… les incompatibilités existent aussi parmi les plantes !

Je dirais qu’il en est d’orgueilleuses, de solitaires, de timides, de généreuses, d’infatigables, de susceptibles, d’envahissantes et tout simplement de douces et jolies.

Chacun sait également qu’il s’en trouve de matinales, d’autres qui préfèrent suivre pas à pas la course du soleil, qui ne dégagent leur parfum qu’à la tombée du jour, qui se replient dès qu’on les touche puis d’autres encore qui ne fleurissent qu’en hiver. Enfin, il y a toutes celles qui se faufilent partout en rampant alors que d’autres ne peuvent vivre qu’en s’élançant vers le ciel.

Que dire encore ? Qu’il en existe qui savent nourrir le sol là où elles poussent et meurent, puis celles qui ne savent que l’acidifier à l’excès.

Alors, au milieu de tout cela, quand je me vois œuvrer parmi elles pour tenter d’y établir le plus bel équilibre possible afin que chacune y ait sa juste place en évitant de se faire étouffer ou d’étouffer les autres, je me prends souvent à penser à nos sociétés humaines si complexes, elles aussi, à harmoniser.

Et plus les années passent plus je constate à quel point la loi des analogies est bel et bien celle de l’univers. C’est un peu comme si la Nature elle-même avait généré de grands archétypes, éternels, selon lesquels tous les règnes s’ordonnent invariablement.

De tels archétypes me paraissent réellement s’exprimer dans l’ensemble des domaines de la vie, dans les formes et leur esthétique, dans les fonctions, les tempéraments puis les comportements.

Qui n’a jamais remarqué de quelle façon nous, les humains, à plus d’un égard savons inconsciemment ressembler à un animal ou à un autre ?

Ouvrons nos yeux… N’en existe-t-il pas, parmi nous, qui évoquent l’allure ou la façon d’être d’un lévrier, d’un bulldog, de quelque félin ou ruminant, d’un oiseau, d’une belette, d’une grenouille, d’un poisson ou encore même d’un insecte ?

Je vais vous faire une confidence… Moi-même, je me suis toujours vu en bearded- colley, vous savez, ces chiens de berger anglais barbus et aux longs poils qui ont un comportement de type ¨véhicule tout terrain¨…

Mais revenons à nos plantes et aux réflexions auxquelles celles-ci peuvent nous inviter car, vous vous en doutez, ce n’est pas tout-à-fait ¨pour rien¨ que je vous ai amenés dans leur direction.

En effet, je crois qu’il peut être intéressant de s’observer soi-même à travers attitudes et réactions tout en ayant à l’esprit les grands schémas archétypaux que le monde des plantes nous propose explicitement.

Pourquoi donc ne pas s’accorder quelques instants et se poser courageusement mais de façon amusée la question suivante : « Si j’étais un végétal, que serais-je ? Un liseron ? Une pâquerette des prairies ? Une tulipe ? Un lilas ? À moins que ce ne soit un cactus… un pissenlit, un lierre ou un chèvrefeuille… Une rose ? Un peu facile… non ? »

Il y a mille et mille réponses possibles, bien sûr. Aucune herbe, aucune plante n’est mauvaise en elle-même car toutes sont issues de cette Force sacrée qu’on nomme la Vie… Il faut simplement qu’elle soit bien à sa place pour jouer pleinement son rôle.

Faites l’expérience de ce questionnement…La réponse, celle qui vous viendra, si elle est sincère peut devenir fort riche en enseignement… car mieux y voir clair à travers nos masques, mieux identifier nos faiblesses et nos forces, c’est se rapprocher de soi, là où nous attend davantage de paix.

L’intention d’un tel exercice n’est ni de s’accuser ni de se glorifier de quoi que ce soit. C’est en faisant l’effort de mieux se connaître que chacun peut espérer exprimer le meilleur de lui.

Se rapprocher d’une plus grande maîtrise de soi, c’est avancer vers toujours plus d’harmonie… Une vérité qu’hélas on semble n’enseigner dans aucune école. Une vérité première par laquelle on pourrait faire que le monde – à commencer par celui qui est à la longueur de notre bras – soit un peu plus beau, un peu plus limpide… et qu’on y soit, nous aussi, à notre place.

Il paraît que nous en sommes tous les co-créateurs…

Alors, par les temps qui courent, ne croyez vous-vous pas que cela pourrait aider ? C’est juste une idée, en passant… Une façon d’être moins végétatif à l’heure où tout bouge.

Que Fuyons-nous ?

Que Fuyons-nous ?

Une réflexion de Daniel Meurois adaptée de son ouvrage « Les 108 Paroles du Christ ».

Nous avons tous soif d’être libres. Cette liberté, nous l’associons à ce que nous croyons être nos besoins fondamentaux, ceux sur lesquels reposerait le Bonheur.
Ainsi aspirons-nous à posséder toujours plus, à contrôler mieux, à être aimés davantage et donc… à exister.
Mais exister n’est pas être. La réalité d’être ne se découvre qu’en apprenant à regarder au-delà du jeu rusé des apparences, autrement dit derrière l’aspect passager des conforts et des sécurités que nous prête momentanément la Vie.
« Qui suis-je, en vérité ? Quelle est la nature de mon être profond et de quoi suis-je l’esclave tout en me disant libre ? »
Voilà les questions que chacun devrait se poser chaque jour. Non pour se reprocher quoi que ce soit mais pour se rapprocher un peu plus de son Point de Pacification.
Que fuyons-nous de façon systématique dans la recherche des sécurités et des conforts jusqu’à nier tout conditionnement et accepter bien des compromis ?
Nous fuyons l’expression de nos propres peurs, celle de ne pas être assez ceci, pas assez cela, celle de ne pas se sentir suffisamment aimé…
Les plus grandes Traditions de Sagesse enseignent, quant à elles, que toutes ces peurs en cachent une autre, primordiale : celle de se Réveiller, d’émerger de l’amnésie dans laquelle nous avons tous sombré dès lors que nous avons découvert le libre-arbitre et sa conséquence, l’éloignement du Divin ou, si on préfère, du Sacré de la Vie.
Ainsi le Réveil requiert-il du courage et de la détermination. Il faut demander à en affronter le Soleil et sa puissance de Calcination pour enfin s’Éveiller. C’est alors que le Divin apparaît en soi et non plus hors de soi.

Voulons-nous vraiment retrouver la Mémoire ? Là est la question.

Daniel Meurois

Entretien avec le Maître Morya Avril 2016

Entretien avec le Maître Morya Avril 2016

Entretien avec le Maître Morya Avril 2016

Daniel Meurois canalise le Maître El Morya. Celui-ci répond aux questions posées par de nombreuses personnes et transmises par Marie Johanne Croteau.
© Productions Intus Solaris avril 2016

¿Qué hay que hacer?

¿Qué hay que hacer?¿Qué hay que hacer? Hace algún tiempo, descubrí esta pregunta bastante abrupta...

Pèlerinage aux Pyramides d’Egypte

Pèlerinage aux Pyramides d’Egypte De l’Âme des Pharaons à l’Esprit du ChristDu 27 avril au 1er mai...

Entretien avec le Maître Morya Avril 2016

Daniel Meurois canalise le Maître El Morya.
Celui-ci répond aux questions posées par de nombreuses personnes et transmises par Marie Johanne Croteau.

Entrevue « LE LIVRE SECRET DE JESHUA »

Daniel Meurois, dans une entrevue menée par Éric Dudoit, nous parle à cœur ouvert de son tout...

Sur les traces ignorées de jésus… En Égypte

Daniel Meurois nous révèle ici quelques éléments d’une autre histoire complètement méconnue, celle de ¨Jésus l’Égyptien¨.

SUIS-JE ENCORE CHRÉTIEN ?

il est en effet assez facile de comprendre pourquoi notre Occident judéo-chrétien a vu – sans réagir ou presque – son ciment s’effriter en quelques décennies. Et qu’est-ce que le ciment d’une société si ce n’est sa croyance en un Principe supérieur rassembleur, sa foi, son espoir placé en un idéal ou, si on préfère, sa religion ?

2 grandes méditations pour guérir nos blessures

Par ces 2 méditations majeures dont Daniel Meurois a retrouvé l’origine dans la Mémoire akashique, nous sommes invités à accéder à des états de conscience d’une réelle profondeur.

Les Thérapies Esséniennes et Égyptiennes… une grande entrevue

Dans une entrevue exceptionnelle, Marie Johanne Croteau et Daniel Meurois nous parlent très librement et d’une façon détaillée de leur ouvrage commun, « Le Grand Livre des Thérapies Esséniennes et Égyptiennes »